en   


L’artiste suisse Christian Herdeg utilisa d’abord la lumière dans un sens narrative, s’inspirant de l’art pop. Puis l’interaction passa au premier plan, entre les tubes fluorescents, les formes géométriques et des matériaux variés. Durant les années 1970, sa recherche se concentra entièrement sur la luminosité colorée et la combinaison des lumières. Afin d’atteindre un spectre de lumières colorées subtilement nuancées, il élargit la palette des tubes fluorescents normalisés ajoutant environ 300 nuances colorées. Avec des chimistes de Leuchtstoffwerke Heidelberg, il développa des pigments qui permirent de moduler la cromaticité des gaz nobles. Depuis 1982, Herdeg s’en servit de son expérience dans des œuvres d’art de grande envergure intégrées aux projets architecturaux et l’espace public. Ces interventions contribuèrent essentiellement à sa réputation internationale come artiste de la lumière.



Les 13 couleurs réunies dans cette oeuvre ont été sélectionnées en fonction de la palette du fabricant et de leur disponibilité en usine, indique Daniel Buren. Une manière d’évacuer la question du choix… Les couleurs restent proches les unes des autres, dans cette gamme restreinte, mais par un jeu de transparence, de contrastes, de projections et de reflets, les formes colorées apparaissent et disparaissent, toujours changeantes, sans cesse mouvantes, selon la météo, les heures et les saisons.





Paul Klee, A la manière des plantes dans l’esprit de 143, 1915 © MNAM Centre Pompidou © domaine public

Paul Klee, Pflanzenartig im Sinne von 143 (A la manière des plantes dans l'esprit de 143), 1915, Aquarelle et mine graphite sur papier collé sur carton 18,8 x 18,7 cm. Signé en bas à droite, daté et numéroté en bas à gauche sur le support - Klee / 1915 174, National museum of modern art/ Industrial Design Centre © Service de la documentation photographique du MNAM - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © domaine public
Paul Klee, Der Hirsch (Le cerf) 1919, Aquarelle et gouache sur toile collée sur carton 25,2 x 18,8 cm, Numéroté, daté et titré en bas à gauche - Klee 202 1919 Der Hirsch, National museum of modern art/ Industrial Design Centre © Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © domaine public

Paul Klee, Der Hirsch (Le cerf) 1919 © Georges Meguerditchian – Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © domaine public

L’exposition du Centre Pompidou a choisi pour focus « l’ironie romantique » avec ses corollaires, la satire et la parodie. Issue du premier romantisme allemand, « l’ironie romantique » – qualifiée de « bouffonnerie transcendantale » par le philosophe Friedrich Schlegel – renvoie au processus de création. Les œuvres de Klee sont à comprendre comme un jeu qui signale la tentative de dire l’indicible, malgré l’inaptitude fondamentale à le faire. L’artiste interroge les moyens que lui donne l’art d’atteindre ses aspirations. Ce thème éclaire l’attitude de Paul Klee vis-à-vis de ses pairs et des courants artistiques contemporains, montre comment il assimile ou détourne ces influences, créant une expression unique.



Chagall explique : « Il faut faire chanter le dessin par la couleur, il faut faire comme Debussy. »

L’importance de la musique dans l’univers de Chagall est une évidence qui trouve sans doute son couronnement dans la réalisation, pour la grande salle de l’Opéra de Paris, du célèbre plafond commandé au peintre par André Malraux en 1962. Malraux, ami de l’artiste, qui a assisté à la première du ballet Daphnis et Chloé, lui confie cette réalisation : « Quel autre artiste vivant aurait pu peindre le plafond de l’Opéra de Paris comme Chagall? C’est l’un des plus grands coloristes de notre temps […] ».
L’artiste y tentera moins une substitution moderniste au plafond originel de Lenepveu qu’une véritable fusion avec le palais de Charles Garnier, c’est-à-dire une contribution érudite et sensible au sanctuaire de l’art lyrique.

À partir des années 1950, Marc Chagall donne une orientation nouvelle à son art par une exploration aussi vitale que jubilatoire de toutes les techniques et matières. Un dialogue polyphonique se poursuit dans les collages de papiers ou de tissus.

Marc Chagall, Le Cirque bleu, 1950-52, huile sur toile de lin. Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, en dépôt au Musée national Marc Chagall, Nice ©ADAGP, Paris, 2015 - CHAGALL ®
Marc Chagall, Danseuse sur fond mauve, 1970, collage de tissus et de papiers, aquarelle, encre de Chine, gouache et pastel sur papier. Collection particulière ©ADAGP, Paris, 2015 - CHAGALL ®


AIC 2016 Interim Meeting de l'Association internacionale de la couleur (AIC) Santiago de Chile
AIC 2016 Interim Meeting de l'Association internacionale de la couleur (AIC) Santiago de Chile
AIC 2016 Interim Meeting de l'Association internacionale de la couleur (AIC) Santiago de Chile

Pierre Bonnard (1867-1947), Nu dans un intérieur, Courtesy National Gallery of Art, Washington © ADAGP, Paris 2015

Pierre Bonnard (1867-1947), Nu dans un intérieur, Courtesy National Gallery of Art, Washington © ADAGP, Paris 2015



Jean Michel Alberola, La Création du Monde, maquette de vitrail au 1/10 d’une baie du déambulatoire de la cathédrale de Nevers (Nièvre), vers 1986-1989 © ADAGP, Paris, 2015 © CNAP/Photo Yves Chenot

Jean Michel Alberola, La Création du Monde, maquette de vitrail au 1/10 d’une baie du déambulatoire de la cathédrale de Nevers (Nièvre), vers 1986-1989 © ADAGP, Paris, 2015 © CNAP/Photo Yves Chenot



© Photo Thomas Dupaigne. EXPOSITION FUKUMI SHIMURA, "Tisser les couleurs", Maison de la Culture du Japon à Paris, du 5 novembre 2014 au 17 janvier 2015
© Photo Thomas Dupaigne. EXPOSITION FUKUMI SHIMURA, "Tisser les couleurs", Maison de la Culture du Japon à Paris, du 5 novembre 2014 au 17 janvier 2015

Fukumi Shimura, “Tisser les couleurs”, Maison de la Culture du Japon à Paris, Photo © Thomas Dupaigne



Sonia Delaunay, Manteau pour Gloria Swanson, c. 1924, Broderie de laine, Collection particulière, © Pracusa 2013057<br />

Sonia Delaunay, Manteau pour Gloria Swanson, c. 1924, Broderie de laine, Collection particulière, © Pracusa 2013057



Robert Delaunay (1885-1941): Rythmes, 1934. Donation de Sonia Delaunay et Charles Delaunay en 1964. Photo: Jacqueline Hyde / Centre Pompidou, MNAM-CCI / Dist. RMN-GP

Robert Delaunay: Rythmes, 1934, © photo: Jacqueline Hyde / Centre Pompidou, mnam/cci, dist. RMN-GP, © Domaine public



Niki de Saint Phalle, Dolorès, 1968-1995, 550 cm, Résine peinte / grillage, Sprengel Museum, Hanovre, © 2014 Niki Charitable Art Foundation, All rights reserved. Donation Niki de Saint Phalle

Niki de Saint Phalle, Dolorès, 1968-1995, 550 cm, Résine peinte / grillage, Sprengel Museum, Hanovre, © 2014 Niki Charitable Art Foundation, All rights reserved. Donation Niki de Saint Phalle



Katsushika Hokusai, Les Trente-six vues du mont Fuji : Sous la vague au large de Kanagawa, Ère Tempo (vers 1831), estampe, format Oban, nishiki-e © Victoria and Albert Museum, London, given by the Misses Alexander

Affiche de l’exposition Hokusai, © Affiche Rmn-Grand Palais, Paris 2014



Frank Gehry: Cleveland Clinic Lou Ruvo Center for Brain Health, 2005-2010, vue intérieure de l’espace principal (détail). © Photo : Iwan Baan

Frank Gehry: Cleveland Clinic Lou Ruvo Center for Brain Health, 2005-2010, vue intérieure de l’espace principal (détail). © Photo : Iwan Baan

actualités

Christian Herdeg, Exhibition View, 2016, Museum Haus Konstruktiv, Photo Stefan Altenburger

Christian Herdeg: Minimalisme Lyrique, Zurich, Suisse
27 Octobre 2016 – 15 Janvier 2017
Museum Haus Konstruktiv
Fondation pour l’art constructif, concret et conceptuel
www.hauskonstruktiv.ch



top

Daniel Buren. L’Observatoire de la lumière, travail in situ
A partir du 11 mai 2016
Fondation Louis Vuitton, Paris, France
www.fondationlouisvuitton.fr





top

Paul Klee. L’ironie à l’œuvre
Du 6 avril au 1er août 2016
de 11h00 à 21h00
Galerie 2 – Centre Pompidou, Paris
En savoir plus

Paul Klee, Les Sans-Espoirs, 1914. Cette aquarelle de Klee reprend les formes d’une figure proto-cubiste de Picasso : la Dryade de 1908, mais Klee transgresse la composition picassienne, s’affranchissant du statisme du cubisme et créant une scène imaginaire, à la fois fantastique et théâtrale. Par André Balbo

Paul Klee, Les Sans-Espoirs, 1914. Cette aquarelle de Klee reprend les formes d’une figure proto-cubiste de Picasso : la Dryade de 1908, mais Klee transgresse la composition picassienne, s’affranchissant du statisme du cubisme et créant une scène imaginaire, à la fois fantastique et théâtrale.
Paul Klee, Insula dulcamara, 1938, Huile et couleur à la colle sur papier sur toile de jute, 88 x 176 cm © Berne, Zentrum Paul Klee © domaine public<br />

Paul Klee, Insula dulcamara, 1938, Huile et couleur à la colle sur papier sur toile de jute, 88×176 cm © Berne, Zentrum Paul Klee © domaine public

L’exposition se déploie en sept sections thématiques qui mettent en lumière chaque étape de l’évolution artistique de Paul Klee : les débuts satiriques ; Cubisme ; Théâtre mécanique (à l’unisson avec Dada et le surréalisme) ; Constructivisme (les années au Bauhaus de Dessau) ; Regards en arrière (les années 1930) ; Picasso (la réception par Klee après la rétrospective de Picasso à Zurich en 1932) ; Années de crise (entre la politique nazie, la guerre et la maladie). Le parcours réunit peintures, sculptures, dessins et peintures sous verre, une sélection prestigieuse dont la moitié n’a jamais été montrée en France. Parmi ces chefs-d’œuvre rares, Vorführung des Wunders dialogue avec Angelus novus, deux aquarelles mythiques de la collection de Walter Benjamin.
Par Angela Lampe, conservatrice, Musée national d’art moderne, commissaire de l’exposition



top
Marc Chagall, Projet pour le rideau de scène de L’Oiseau de feu, 1945, gouache, encre de Chine, pastel, crayons de couleur et papier doré collé sur papier contrecollé sur carton. Collection particulière. ©ADAGP, Paris, 2015 - CHAGALL ®
Photo Izis, Marc Chagall travaillant aux panneaux du Metropolitan Opera de New York. Le Triomphe de la Musique (détail), atelier des Gobelins, Paris, 1966. © Adagp, Paris 2015. Photo Izis. © Izis-Manuel Bidermanas, Licences ES 1-1041550, 2-041546, 3-1041547.

Marc Chagall, Le Triomphe de la musique
Exposition jusqu’au dimanche 31 janvier 2016
Philharmonie de Paris, 221, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris, France
philharmoniedeparis.fr
Chagall était un fin connaisseur de l’opéra et du ballet, ayant contribué aux décors et costumes de plusieurs d’entre eux, à New York puis à Paris : Aleko, l’Oiseau de Feu, Daphnis et Chloé et enfin La Flûte enchantée constituent autant de jalons d’une passion intime pour l’art et la musique.

Marc Chagall, Commedia dell’Arte, 1958 Huile sur toile Adolf und Luisa Haeuser Stiftung, Francfort-sur-Main ©ADAGP, Paris, 2015 - CHAGALL ®


top

À noter la conférence intérimaire (AIC) organisée en 2016 par l’Association chilienne de la couleur – Asociación Chilena del Color (ACC)

Appel à contribution

AIC 2016 Interim Meeting
Couleur dans la vie urbaine : images, objets, espaces

18-21 octobre 2016
Santiago de Chile,
Centro Extensión Universidad Católica de Chile

Cette conférence intérimaire de l’Association internationale de la couleur (AIC), organisée par l’Association chilienne de la couleur – Asociación Chilena del Color (ACC), est une excellente opportunité pour réfléchir sur le rôle de la couleur dans la vie urbaine : couleur, matérielle et numérique constituant un élément particulièrement important dans la ville répondant aux enjeux du développement durable et environnemental, créant des ambiances harmonieuses, apaisantes et gaies, et rendant la ville non seulement plus pratique, sûre, mais aussi lui apportant un élément qualitatif et humain.
Les nouvelles technologies d’éclairage aux couleurs diverses, les objets connectés, les systèmes numériques de toutes sortes mènent à une flexibilité chromatique sans précédent dans la ville du 21ème siècle…

Plus d’information www.aic2016.org
Envoi des résumés en anglais (500 à 2000 mots) jusqu’au 18 février 2016.
Se connecter www.aic2016.org/submission
Pour s’inscrire, cliquez ici
Pour soutenir l’AIC2016 comme sponsor, cliquez ici
Contact : info @ aic2016.org
twitter: @aic2016
vimeo.com/aic2016



top

Pierre Bonnard. Les couleurs de l’intime
Réalisé par Bruno Ulmer
Documentaire
2015
52 mn DVD 1h22 16/9 – NTSC -All Zone
Versions française et anglaise

Pierre Bonnard (1867-1947), peintre de l’intime porté par l’obsession des paysages et des scènes d’intérieur, est l’un des grands maîtres de la peinture du XXe siècle.
Comment Bonnard, homme secret et inquiet, peignant jusqu’à l’obsession sa femme Marthe, est-il devenu ce maître de la couleur, capable de transformer la réalité en un monde unique et incandescent ? Etait-il d’ailleurs seulement ce peintre du bonheur et du quotidien magnifié ? Pas si sûr… Certes, ses tableaux saisissent des instantanés de vie irradiants de couleurs, mais dans lesquels sourd une angoisse masquée. “Celui qui chante n’est pas toujours heureux”, disait-il…
A travers ses tableaux, ses multiples croquis, ses lieux de vie et ses clichés photographiques, le film nous plonge dans l’univers de ce maître de la couleur.
Plus d’info





top

Environnements Polychromes

En Europe, aux États-Unis et au Japon, dans l’immédiat après-guerre, un nouveau domaine de création affirme la couleur comme un outil spécifique et autonome de construction de l’environnement. Les années 1970 voient émerger une nouvelle génération de coloristes qui systématisent les approches urbaines et territoriales. Les projets de polychromie changent progressivement d’échelle pour atteindre les programmes de construction des villes nouvelles, des grands équipements routiers ou industriels, des centres commerciaux, des espaces publics. Alors que la spécificité du coloriste est pleinement identifiée et sa pratique intégrée à la chaîne de conception de produit industriel, la couleur devient un signe privilégié d’identification de la ville postmoderne.

Collections Contemporaines des Années 1960 à nos jours
Musée National d’Art Moderne Centre Pompidou
Niveau 4, Salle 16
Tous les jours sauf le mardi, de 11h à 21h
Fermeture des caisses à 20h

Entretien avec France et Michel Cler
Texte original en français: “’Environnements polychromes’ au Centre Pompidou, exposition présentant notamment des oeuvres de France et Michel Cler,“ Propos recueillis par Verena M. Schindler, in Primaires ‘Couleurs Sensibles’, n°173, Juin 2012, sous la direction de Annie Mollard-Desfour et Laurence Pauliac, Paris: Centre Français de la Couleur, pp. 40-44.

Texte anglais: ‘Polychrome Environments’ at the Centre Pompidou in Paris, including Works of France and Michel Cler, Architect–Colour Consultants. Interview conducted by Verena M. Schindler. Paris, February 29, 2012. Available online at www.ad-chroma.com


Projets de France and Michel Cler, Colour Consultants, Atelier Cler, Paris

Exposition
Triptyque Caraïbes
France et Michel Cler
Nuanciers, Antilles, 1982
Gouache sur Canson
Fonds national d’art contemporain, Centre Pompidou, Paris.






top

Couleur et écologie

Jeudi 10 Mai 2012, à 19.00 heures précises
Lieu: Lisaa, Amphithéâtre, 8 square Henri Delormel, 75014 Paris
(Métro : Denfert-Rochereau)

Couleurs et développement durable : quelles interactions ?
Les crises écologiques à répétition et les bouleversements sociaux économiques que nous traversons ont obligé nos sociétés à reconsidérer en profondeur leur rapport à l’environnement au sens large. Aucun secteur n’a été épargné tant les enjeux sont considérables. Dans les domaines de la couleur, de la lumière, qu’en est il ? Au-delà d’une approche sémantique qui reste à étudier – ce « vert » porte-drapeau écologique dont on use et abuse !- nous vous proposons un panorama des interactions couleurs/développement durable, afin de mieux comprendre ce qui a changé et ce qu’il est possible de faire. Mutations et changements de paradigme ont ponctué l’histoire de l’humanité, notre monde évolue, notre regard également.
Présenté par:
Béatrice Gisclard, designer, consultante en développement durable
Raphaële Héliot, architecte consultante

Exposé-débat organisé par ad chroma conjointement avec L’institut supérieur des arts appliqués, Lisaa

Les places étant limitées, merci de bien vouloir confirmer votre présence par mail: contact@ad-chroma.com ou par téléphone au: 01 45 80 91 15



top

assemblée générale 2012

ad chroma organise son assemblée générale
à L’institut supérieur des arts appliqués, Lisaa

le mardi 21 Février 2012, à 18.30 heures
au 55 Rue du Cherche-Midi, 75006 Paris

Ordre du Jour:
Compte rendu financier 2011, par la trésorière
Compte rendu des activités 2011, par la secrétaire générale
Le devenir de l’association et ses activités 2012, par le président
Débat autour d’un verre

Nous vous attendons nombreux.
Au plaisir de vous revoir, à bientôt,
Très cordialement,

Michel Cler, président ad chroma
64 rue Vergniaud, 75013 Paris
t. (33) 01 45 80 91 15
contact@ad-chroma.com
www.ad-chroma.com



top